fairsens - blog

Mieux vivre le confinement avec le Feng Shui et la médecine de l’habitat

De : Posté dans : Feng Shui et Géobiologie755Home-thérapie

En cette période de confinement où nous sommes obligés de nous replier chez nous, force est de constater que notre intérieur prend toute son importance.

Notre intérieur matériel : notre habitat, notre environnement de vie ; comme notre intérieur physique et psychologique : notre corps, nos pensées, notre état d’être.

Il s’agit d’en prendre soin afin de vivre au mieux cette situation inédite.

Alors que des pratiques corporelles, psycho-thérapeutiques, psycho-corporelles ou psycho-émotionnelles vous accompagnent sur le chemin du bien être physico-psychique, le Feng Shui et la médecine de l’habitat vous aident à faire de votre environnement une source de bien-être et de santé.

Psychologiquement, votre habitat est l’extension de votre corps, il est comme une seconde peau. Comme elle, il se doit d’être parfaitement ajusté, adapté à vous. Et comme elle, d’être filtrant : à la fois protecteur et respirant. Laissant à l’extérieur tout ce qui n’est pas bénéfique pour vous et permettant l’entrée de tout ce qui l’est.

A partir de ce postulat, voici 5 principes essentiels à prendre particulièrement en considération pendant ce confinement.

  • Un habitat à votre image
  • Un habitat équilibré
  • Un habitat sain
  • Un habitat organisé
  • Un habitat vivant

Habitat miroir


Un habitat à votre image

A la fois récepteur de votre personnalité, de vos goûts, de vos envies, votre intérieur est aussi un émetteur. Vous y mettez tout ce que vous êtes et il vous le renvoie. Un peu comme un miroir, qui reçoit votre image et vous la renvoie.

L’important est donc de veiller à l’image que vous avez envie que le miroir renvoie. Parce que dans le cas de votre intérieur, vous vivez quotidiennement avec et il vous impacte donc…

Ne dit-on pas que quand un bureau est mal rangé on a beaucoup plus de mal à se concentrer ? Un peu comme si la pièce était le reflet de ce qui se passait dans notre tête et qu’elle ne cessait de nous faire replonger dans ce désordre.

Il en va de même pour tout chez vous.

Prenez du recul et réfléchissez à ce que révèle votre lieu sur vous. A l’image qu’il renvoie de vous. Cela vous convient il ?
Les couleurs, le style général, l’ordre qui y règne, le mobilier et les objets qui s’y trouvent, chacun d’eux, vous correspondent-ils ?

Prenez le temps de faire un vrai tour, d’ouvrir les yeux sur ce qui vous dérange, comme si vous étiez un visiteur étranger. Et modifiez ce qui doit l’être. Dans la limite de ce qui est possible en période de confinement bien sur ; le reste sera pour après.

Quand on est un couple (pour les enfants cela s’applique à leur chambre), chacun doit aussi pouvoir s’y (re)trouver. L’habitat doit refléter et convenir aux deux.

Profitez de cette période introspective pour faire le tri, y voir clair et décider des changements à opérer. Pensez bien que seul ce qui vous convient a sa place chez vous. Et méfiez vous des cadeaux que vous pourriez vous sentir obliger de garder alors qu’ils ne respectent pas votre ressenti.

 

Un habitat équilibré

Equilibre

Alors qu’en temps « normal » on peut sortir, se trouver dans des lieux et des ambiances différentes, aller chercher ce qu’on ne trouve pas chez nous à l’extérieur. En ce moment ce n’est plus possible.

Il est alors d’autant plus important de veiller à l’équilibre de son propre lieu. Que ce dernier nous apporte tout ce dont nous avons besoin. A la fois la sérénité, le calme propices à la réflexion, l’introspection, le repos et le dynamisme propice à l’action, au mouvement, à la projection.

Cela renvoie à la notion de yin et de yang en Feng Shui, et de leur équilibre.

Pour faire simple, le yin et le yang rassemblent à eux deux tous les aspects de la vie. Ce sont deux forces complémentaires qui s’expriment partout dans votre habitat : les couleurs, les formes, les matières, les textures, les pièces, les activités, les lumières, etc.
Chacune d’elle ayant des caractéristiques et des influences spécifiques.

L’idée est de les équilibrer pour arriver à une harmonie générale de votre intérieur. Une harmonie dont vous ressentirez les effets au quotidien.

Sans rentrer dans les détails de ce qui relève de l’énergie yin et du yang, le premier conseil est de veiller à une bonne alternance dans les couleurs (claires, foncées, pastelles, vives, chaudes, froides, en les harmonisant bien sur) ; les formes ; les textures (lisses, brutes, granuleuses, cotonneuses, côtelées, etc) les matières de vos objets, pièces de mobilier, revêtements ; les lumières (chaudes, froides, fortes, douces, directes, indirectes).

Cela doit se retrouver de manière subtile dans chaque pièce, et plus prononcée dans tout l’habitat. Par exemple on peut aisément changer de couleur pour chaque pièce (même en n’en mettant que sur un mur) et jouer sur l’intensité d’une même couleur ou sur des camaïeux ou des dégradés au sein d’une même pièce.

Exit donc les monomaniaqueries et excès en tout genre (passion pour une thématique ou une couleur que l’on retrouverait partout), et gare à l’inverse à la cacophonie visuelle. Il ne faut pas perdre de vue que l’ensemble doit être harmonieux à l’œil 😉

 

Un habitat sain

En cette période de confinement nous passons le plus clair de notre temps en intérieur. Il est donc d’autant plus important de veiller à ce que notre environnement soit le plus sain possible afin qu’il ne nous pollue pas.

Trois environnements distincts sont à prendre en considération:

  • L’air
  • L’environnement électromagnétique
  • L’environnement psychologique

En ce qui concerne l’air, une bonne aération quotidienne de toutes les pièces, à minima 10mn par jour et toutes les deux heures pour les pièces où vous vous trouvez le plus, est préconisée. Le plus étant le mieux.

Evitez d’utiliser les parfums d’ambiance et autres désodorisants dégageant des COV (composés organiques volatils) très polluants et nocifs. Et si vous souhaitez utiliser des diffuseurs d’huile essentiels ou des encens, pensez à le faire avec parcimonie et à bien aérer après.

Pour la qualité de votre environnement électromagnétique, véritable champ dans lequel nous sommes baignés au quotidien, pensez à établir des périodes (plus ou moins) « blanches ». Autant de fois qu’il vous est possible et à minima la nuit, coupez le wifi de votre habitat. Et veillez à mettre votre smartphone en mode avion si vous dormez avec, le réveil fonctionnera toujours.

Quand vous travaillez et n’avez pas besoin de connexion, penser à couper le wifi de votre ordinateur.

Et enfin, limitez le temps passé devant les écrans, émetteurs de lumière bleue perturbatrice du fonctionnement de votre organisme.

Concernant l’environnement psychologique, il est aussi sournois et peut se révéler délétère. En période de confinement vous êtes comme dans un bateau duquel vous ne pouvez descendre. Pensez donc plus qu’à l’habitude à respecter l’intimité de chacun et à exprimer de manière juste ce qui vous dérange (cf communication non violente) car ce que n’est pas exprimé, mal exprimé ou pas au bon moment se transforme d’une manière ou d’une autre en « mauvaises ondes ».

 

habitat organisé

Ce principe pourrait se résumer à deux conseils :

  • Chacun sa place
  • Chaque chose à sa place

D’autant plus en période de confinement où l’on ne peut s’extraire facilement pour aller trouver sa bulle d’air, il est important que chaque habitant ait son espace propre. Que l’habitation soit petite ou grande, chacun doit pouvoir avoir, à minima, son « coin » personnel dans lequel il peut trouver de l’intimité. D’un point de vue psycho-symbolique, comme pratique c’est essentiel. De plus, cet ou ces espaces personnels doivent être relativement équitables, tout en répondant aux besoins de chacun.

Exemple : dans un couple, si l’un bénéficie d’un bureau ou d’un espace de travail, il est bien que d’une manière ou d’une autre l’autre en ait aussi un. Plus petit, différent, répondant à ses besoins, mais présent.

De même, il est aussi important que les espaces soient bien définis. Certains personnels, comme nous venons de le voir, d’autres communs. Ces derniers pouvant être modulables en fonction des heures et besoin de la maisonnée.

A l’inverse, certaines pièces sont par essence peu modulables. C’est le cas des chambres (d’adultes essentiellement) par exemple. Destinées à abriter le calme et le sommeil, elles sont de nature yin et il est déconseillé d’y amener une énergie yang. Exit donc les activités dynamiques, les couleurs et lumières trop vives, les formes anguleuses, etc.

Enfin, il est important que chaque chose soit à sa place. D’autant plus quand on vit en communauté et qu’on est confiné ! Cela ne veut pas dire d’être un ayatollah du rangement, mais d’être juste et objectif avec soi même et ses cohabitants. Se respecter et respecter les autres, en arrivant à une entente commune sur la notion de rangement.

Et pour bien ranger, cela en passe par un bon tri préalable. Se débarrasser de tout ce qui n’est plus utile, ne vous correspond plus ou vous renvoie psychologiquement à des souvenirs négatifs.

Gardez en mémoire que votre chez vous vous impacte et que d’une manière ou d’une autre vous l’incarnez. Alors autant que ce qu’il vous renvoie vous fasse du bien !

 

istock-926197286-586x410 Un habitat vivant

N’ayant plus ou moins la possibilité d’aller chercher en dehors le rythme nécessaire à notre vie, il est d’autant plus important de le trouver chez soi.

En premier lieu, respecter le cycle des jours et des nuits est essentiel.

Ouvrir en grand les volets, laisser entrer la lumière dans toutes les pièces sans exception la journée pour qu’elle inonde l’habitation en entier. Et fermer les volets ou rideaux la nuit.

Ainsi, si la lumière naturelle n’est pas assez importante la journée, activez l’éclairage artificiel et pensez à le tamiser le soir. La lumière devant être décrescendo à mesure que la journée s’écoule.

De même, vos activités doivent aussi respecter le cycle de la journée : actives le matin et l’après-midi, plus calmes le soir. C’est toute l’énergie de l’habitat qui s’en trouve alors modifié. Yang puis yin, évoluant vers le cycle du sommeil en fin de journée.

Il est à noter que cela peut être subtile : une activité dite yin peut avoir des formes plus yang, plus actives. Exemple : la méditation ou le yoga, par essence assez yin, qui peuvent revêtir des formes plus ou moins actives, plus yin ou plus yang. Rien n’est jamais tout noir ou tout blanc en Feng Shui.

 

Partagez avec moi vos trouvailles j’en serai ravie et partagez tout court cet article ça peut servir 😉

laisser un commentaire

  Top